La première fois que j’ai utilisé des pinces à tétons

Une nouvelle secrétaire a commencé à travailler pour moi, mon ancienne est partie en congé de maternité et nous devions pourvoir son poste rapidement. Ma nouvelle secrétaire avait l’air de sortir tout juste de l’université, les cheveux blonds, un petit cadre, des yeux sombres et une tête intelligente sur les épaules. C’était une gentille fille, mais elle avait du mal à suivre le rythme du bureau, elle évitait les blagues et ne s’impliquait jamais dans le drame du bureau, que je respectais.

Un après-midi, elle est entrée dans mon bureau avec une pile de documents dans les bras, elle les a posés sur mon bureau et s’est attardée une seconde, je sentais qu’elle voulait me demander quelque chose. Je l’ai regardée et elle a pris l’air occupé, déplaçant les papiers. Je lui ai dit d’arrêter et elle l’a fait, en tapotant sa jupe par maladresse. Je lui ai demandé si elle voulait me demander quelque chose et elle m’a regardé, ses yeux de tentation “viens au lit”, en retenant mon regard. Elle était incroyablement captivante, je l’avais remarqué dès le moment où elle avait commencé à travailler pour moi. Ses yeux me rendaient faible aux genoux et elle en était très consciente. Je lui ai demandé si je pouvais l’emmener boire un verre après le travail et elle a dit oui.
boisson de cola

Après notre quatrième grand rhum et coke, nous rions de tout. C’était incroyable d’être assis dans ce bar haut de gamme avec elle à mes côtés, elle était si intéressante et si belle. Je voulais que les gens pensent que nous étions ensemble et qu’elle n’était pas seulement ma secrétaire. Elle n’arrêtait pas de me toucher le bras et je continuais de déplacer instinctivement ma main vers sa jambe.

Je me demandais quand elle me demanderait si j’avais une femme, mon mariage était un signe révélateur, mais les gens portent tellement de bijoux de nos jours qu’on ne peut jamais en être sûr.

Elle a fini par me demander et j’ai dû lui dire que j’avais une femme. Elle avait l’air déçue, mais je lui ai dit que nous traversions une période difficile, que nous étions en pause pendant un certain temps. Cela a semblé la rassurer et nous avons commencé à nous embrasser là-bas, puis au bar. Ce sentiment m’avait manqué. Ses lèvres étaient si douces et je ne pouvais pas m’empêcher de les imaginer autour de ma queue.

Nous nous sommes embrassés passionnément pendant des années, ma bite était solide et d’ailleurs, elle gémissait tranquillement et faisait courir ses mains le long de mon cou, je savais qu’elle était probablement mouillée. Je lui ai pris la main et nous sommes entrés dans un Uber et nous sommes retournés au bureau, je lui ai dit que c’était un de mes fantasmes, ce qui était le cas.

Nous sommes entrés par la porte, l’avons verrouillée derrière nous et nous sommes assurés qu’il n’y avait absolument personne (pas même le concierge) à l’intérieur. Elle était totalement vide et nous nous sommes rendus à mon bureau, en fermant tous les stores et en baissant les lumières. Mon bureau avait une télévision et un canapé à l’intérieur, j’y ai passé beaucoup de temps et cela a créé une atmosphère très détendue pour les clients.

J’ai sorti une bouteille de scotch que j’avais dans mon cabinet et je nous ai versé un verre à tous les deux. À l’intérieur, j’ai remarqué des pinces à tétines, elles étaient pour ma femme mais elle a refusé de les utiliser et je les avais donc laissées dans mon armoire à scotch verrouillée et les avais complètement oubliées. Je les ai mis dans ma poche et j’ai donné à boire à ma secrétaire.

Nous en avons tous les deux pris une gorgée avant qu’elle ne se rende à mon bureau et s’asseye sur ma grande chaise, en levant les genoux jusqu’au menton et en exposant sa culotte serrée, j’étais fixé sur sa chatte qui semblait gonflée de la position dans laquelle elle était. Elle m’a demandé si j’allais la punir pour avoir été vilaine, elle s’est alors levée et s’est penchée sur mon bureau en chêne, en remontant sa jupe et en exposant son petit cul. J’ai été surpris, mais je me suis approché d’elle et je l’ai attrapée par les fesses. Elle a gémi et m’a dit de lui donner une fessée, ce que j’ai fait, avec ma main libre j’ai giflé sa joue aussi fort que possible et elle a gémi. Je l’ai refait et elle a encore gémi. Elle a ouvert les jambes légèrement et je lui ai donné une nouvelle fessée avant de passer ma main entre ses jambes et de passer mes doigts dans sa culotte et sur sa chatte.

Je suis allé m’asseoir sur ma chaise et elle s’est levée, laissant sa jupe relevée et elle s’est mise à genoux, m’écartelant les jambes et commençant à déboutonner mon pantalon. J’ai eu l’impression de rêver alors qu’elle a retiré ma bite de mon pantalon et a commencé à jouer avec avant de la mettre dans sa bouche, elle l’a prise à fond et m’a même regardé de temps en temps avec ces yeux incroyablement sombres et profonds.

Je lui ai retiré la tête de ma bite et lui ai dit d’aller sur le canapé, elle a fait ce qu’on lui a dit. Elle s’est allongée sur le dos et a mis ses genoux sur son menton, puis a doucement écarté ses jambes, les genoux toujours près de son menton. J’ai tiré sa culotte le long de ses jambes et sur ses pieds, exposant sa jolie chatte rose et brillante. J’ai frotté ma main sur sa chatte, enduisant tout son vagin de son propre jus. Je me suis mis à son niveau et j’ai poussé ma bite à l’intérieur de sa chatte rose scintillante et j’ai commencé à la baiser lentement sur le canapé de mon bureau, le canapé sur lequel tant de cadres et de PDG s’étaient assis. J’ai tiré sur son haut et exposé ses seins, j’avais toujours voulu les voir et les voilà qui rebondissaient devant moi, ses mignons tétons roses me faisant mal pour que je les touche.

J’ai sorti les pinces à tétons de ma poche

Nous baisions comme des animaux sur le canapé quand je lui ai dit que je me demandais si elle voulait essayer quelque chose d’un peu différent. Elle m’a dit qu’elle ferait n’importe quoi, alors j’ai attaché les pinces à tétons à ses mignons petits tétons roses (ce sont les pinces à tétons que nous avons utilisées) et j’ai tiré doucement sur la chaîne.

Elle a gémi et m’a dit qu’elle aimait le bondage des seins. J’ai tiré sur la chaîne plus fort en bougeant la tête et j’ai commencé à lui sucer la chatte. Elle était si mouillée et continuait à arquer son corps pour que je suce encore plus fort sur son petit clitoris. J’ai continué à tirer sur ses tétons avec les pinces à tétons.

Elle m’a dit que c’était si bon et m’a dit de lui lécher les tétons, j’ai fait ce qu’elle m’a dit et en tirant sur les pinces à tétons, j’ai aussi pris ses mignons tétons roses dans ma bouche et je les ai sucés et léchés pendant qu’elle gémissait sur mon nom.

Je l’ai mise debout et je l’ai tirée vers mon bureau en utilisant les pinces à tétons pour la guider, ses tétons étaient rouges à vif à ce moment-là et nous ne pouvions pas être plus excités tous les deux. Je l’ai tirée jusqu’à mon bureau, puis je l’ai penchée et je l’ai baisée, sa chatte était trempée et tout ce à quoi je pensais, c’était de la remplir de mon sperme.

Elle a courbé le dos et a tiré sur les pinces à tétons elle-même, en gémissant et en tremblant. Ma secrétaire s’est alors retournée et s’est assise sur mon bureau, ouvrant ses jambes et m’invitant à entrer. Je me suis enfoncé profondément en elle et j’ai tiré sur ses pinces à tétons, je poussais si fort que les perles de sueur coulaient le long de mon cou. Ses tétons étaient maintenant rouge vif et je ne pouvais plus en supporter davantage. Elle s’est mise à genoux lorsque j’ai fait éclater mon sperme sur toute sa poitrine, elle a tiré sur les pinces à tétons alors que mon sperme enrobait ses seins. Je suis resté là à la regarder se mordre la lèvre et elle a vu mon sperme s’écouler sur son torse. Je l’ai prise dans mes bras et l’ai ramenée sur le canapé, puis sur le dos, en ouvrant ses jambes. J’ai recommencé à lui sucer la chatte et à la doigter en tirant sur les pinces de ses tétons. Elle s’est mise à trembler avant de jouir dans ma bouche et de tremper le canapé sous elle.

Le lendemain au travail, mon bureau sentait le sexe, il y avait encore une tache humide sur le canapé mais c’était comme d’habitude et non seulement je ne ressentais aucune culpabilité envers ma femme mais je savais aussi que je voulais tout refaire ce soir-là.