Le marquage

Elle entend des bruits de pas. Plusieurs séries de pas sont très caractéristiques. Elle sent les mains qui saisissent les pinces à tétons et la traction sur le. Son corps se tend en raison de la douleur. Elle sent un coup sec ferme lorsque la pince à clitoris est arrachée de son tendre clitoris. Elle jouit du plaisir de la douleur qu’elle a reçue. Les mains se touchent, les doigts poussent profondément à l’intérieur de sa chatte et de son cul. Tant de mains qui la baisent, qui lui font plaisir. Alors qu’elle éjacule à nouveau, elle sent une claque sur ses seins qui crient comme elle peut, elle sent plusieurs coups sur son corps.

Ses seins, son clitoris, son ventre et son cul. Son esprit commence à se demander pourquoi Il lui permet ce plaisir
de la douleur, le plaisir de jouir. Elle a chassé les pensées de son esprit lorsqu’elle a commencé à jouir. Alors qu’elle
le ressent. Une énorme bite qu’on lui enfonce dans le cul. Elle secoue la tête en essayant de crier. Ce n’est pas la
douleur agréable qu’elle ressentait avec le Maître. Cette bite était plus grosse, plus épaisse, elle savait qu’il allait la déchirer mais elle avait
aucun moyen de le dire à qui que ce soit, aucun moyen de l’arrêter. Les mains défont le bâillon. Elle halète et crie. Elle n’entend que des rires. Ils veulent entendre ses cris, ses gémissements, ses supplications pour qu’ils s’arrêtent, ses pleurs désespérés. Elle sent les coups sur les pinces à tétons, la bite qui rentre et sort de son cul, les doigts qui lui serrent le clitoris et les doigts qui entrent et sortent de sa chatte. Elle sent que cela crée une énorme vague de plaisir. En éjaculant fort, elle le sent tirer au fond de son cul. Ses muscles serrent la bite et le traient. Elle entend ses gémissements, les gémissements de plaisir et on lui rappelle que ce n’est pas son maître.

Où était-il, pourquoi laissait-il cela se produire, regardait-il, appréciait-il ce qu’il voyait ? Elle a crié son nom en arrivant “Maître !!!!!!” Elle a senti un souffle dans son cou alors qu’une voix lui parlait, “putain tranquille, je suis ici”. Elle soupira en réalisant que c’était Lui, son Maître, son propriétaire, celui qui la complétait. Son corps tremblait alors qu’elle terminait de jouir. Il lui chuchote doucement à l’oreille, “à partir de maintenant, pas un mot et n’oublie pas de demander à ma précieuse salope la permission de jouir”. Si tu fais une connerie, la douleur ne sera pas agréable pour ta salope. Est-ce que tu comprends ?” Elle hoche la tête en signe d’accord. Elle sent une main se connecter en travers de son visage. Sa tête s’envole sur le côté. Le goût familier du sang revient dans sa bouche.

Il lui parle en grognant : “Quand je te parle, putain de salope, tu ferais mieux de me répondre” “Oui Maître”, dit-elle doucement.

“Bonne petite salope”, lui dit-il. La piqûre des coups sur son corps brûlant encore la rougeur de ces larmes incandescentes lui vient aux yeux alors que les coups deviennent plus durs et plus rapides. La douleur augmente, le rouge des coups de poing devient cramoisi et des marques apparaissent sur son corps délicat. Une langue commence à caresser son clitoris alors qu’elle sent qu’on lui pousse quelque chose d’énorme. Sa mémoire lui dit qu’une fois de plus, un poing est enfoncé dans son cul. Elle se mord la lèvre pour ne pas crier. Maintenant, quatre doigts entrent et sortent de sa chatte mouillée. Elle crie, pleure, alors que les larmes lui montent aux yeux une fois de plus. Le bandeau est aussi mouillé que sa chatte. Le poing qui entre et sort lentement de son cul. Quatre doigts qui entrent et sortent de sa chatte, elle crie plus fort, tandis qu’une main lui donne une forte claque sur le visage et un fouet sur les seins. Elle crie à nouveau en pleurant fort, le fouet lui frappe à nouveau les seins, mais plus fort, et une voix lui chuchote à l’oreille : “Ferme ta gueule, salope, ou tu vas être bâillonnée et fouettée, tu comprends, salope ? Une petite voix lui répond, “oui Maître” les larmes continuent à lui monter aux yeux. Le poing qui entre et sort de son cul et le doigt dans sa chatte se déplacent de plus en plus vite, les doigts tirant sur les pinces de ses tétons ; les dents des pinces s’enfonçant fortement sur ses tétons tendres et durs. La douleur exaltante la fait haleter en suppliant “s’il vous plaît, Maître, puis-je jouir ? “Pas d’esclave, pas encore. J’ai encore une merveilleuse douleur à vous faire ressentir et quand vous la ressentirez, vous pourrez jouir plus que l’esclave.” En gémissant, elle sent que le poing dans le cul et les doigts dans la chatte s’accélèrent et les coups sur les pinces deviennent plus intenses. Elle entend le cliquetis du métal et le bruit des pas qui s’approchent d’elle. Tout ce sur quoi elle peut se concentrer, c’est de ne pas éjaculer plus qu’elle ne le sent sur sa cuisse. Métal chaud. L’odeur de la chair brûlée lui remplit le nez. Elle crie et serre les muscles de sa chatte et de son cul en éjaculant plus fort qu’elle ne l’a jamais fait. La douleur est horrible. La pire douleur qu’elle n’ait jamais ressentie. La douleur la plus merveilleuse. Les pinces sont arrachées de ses mamelons alors qu’elle continue à jouir.

Il se lève et enlève le bandeau pour qu’elle puisse voir le fer à marquer encore sur sa cuisse en ivoire. Il regarde
dans ses yeux et lui sourit. Sa belle esclave. Sa salope de la douleur. Le fer est enlevé en même temps que
le poing et les doigts. Il se penche et l’embrasse tendrement. Elle gémit, son corps tremble encore. En regardant autour d’elle, elle voit 5 hommes qui la détachent. L’un d’eux la soulève et la porte jusqu’au lit. Il la place doucement sur le lit. Elle regarde en bas et voit la marque que son maître a placée sur elle pour que tout le monde puisse la voir sur sa cuisse. La douleur causée par la marque est horrible, mais son maître place de l’aloe vera frais sur la marque pour qu’elle guérisse et soulage sa douleur. Il couvre son torse d’un beau tissu de soie bleu doux et s’allonge à côté d’elle. La prenant dans ses bras, il lui arrache les cheveux du visage et essuie ses larmes. Il l’embrasse passionnément et lui dit : “Tu m’as rendu très fier de toi, mon petit esclave. Je t’aime et je te protégerai toujours, je te guiderai et je te donnerai ce dont tu as besoin et ce que tu mérites tant que tu te souviendras de qui tu appartiens à mon animal de compagnie”, murmure-t-elle doucement, la gorge nouée par les cris et les pleurs, “oui Maître”.