Quand une femme devient maîtresse pour le plaisir

Shaan ne pouvait pas demander une femme plus belle et plus aimante que Riva. Elle l’aime avec une intensité qui le bouleverse. Mais elle est aussi une maîtresse cruelle, méchante et exigeante. Cela fait frémir et choque Shaan tout à la fois. Chaque fois que sa femme se transforme en maîtresse, il a une montée d’adrénaline.

“Esclave.” Elle a crié pour lui un matin. “Je me sens paresseuse aujourd’hui. Donc, tu vas tout faire. Tu vas obéir à tous mes commandements avec des questions et des hésitations.”

“Oui, madame.” Il a répondu en baissant les yeux, comme elle l’aime.

“Déshabille-toi.” Elle a ordonné et il a obéi. Elle s’est assise, les jambes écartées. Sa chatte semblait prête et dégoulinante. C’était tentant.

“N’arrête pas jusqu’à ce que je te le demande.” Il a hoché la tête, les yeux fixés sur la source du nectar. Et avec ça, il s’est mis à genoux, a rampé vers le lit jusqu’à sa chatte et a commencé son travail. Il a écarté les lèvres avec deux doigts et a laissé sa langue faire le reste. Lorsque le bout de sa langue a touché son clito, elle a gémi de plaisir. Il l’a taquinée un peu et elle a enroulé ses doigts dans ses cheveux et a enfoui sa tête plus profondément entre ses jambes.

Elle l’a laissé la lécher pendant presque une heure et a joui environ trois fois. Et puis, elle a exigé de voir son érection. Il s’est levé, sans la regarder dans les yeux. Il pouvait la sentir palpiter.

“Masturbe-toi pour moi et regarde-moi dans les yeux. Mais tu ne dois pas avoir d’orgasme. Tu as compris ?” Il l’a regardée et a hoché la tête. Il a pris sa virilité palpitante dans ses mains et a commencé à faire des mouvements de va-et-vient. Ses yeux se sont fermés de plaisir mais sa maîtresse lui a ordonné de continuer à la regarder dans les yeux. Elle regardait son érection grandissante et la tentation de la prendre en elle.

“Mets les pinces sur ton érection.” Il savait que les pinces stimuleraient son orgasme mais l’empêcheraient de jouir. Ce serait un peu douloureux, mais de façon agréable.

“Viens ici.” Elle a ordonné la suite et a mis une petite boule d’acier dans son petit trou du cul. Et puis elle a appuyé sur le bouton du vibrateur. Les boules d’acier froides ont commencé à bourdonner à l’intérieur, le poussant à bout. Mais il n’était pas censé jouir. Elle a continué à manipuler le vibrateur et il a dû continuer à se masturber. Il était étonné par le changement de femme en maîtresse et il en profitait.

Quand la tentation est devenue forte, elle lui a demandé de venir au lit, de lui attacher les mains pour qu’il ne puisse pas la toucher et de se déshabiller. Elle s’est assise à califourchon sur lui, touchant le bout de son corps avec sa chatte. Il a gémi et s’est agité. Il voulait désespérément toucher ses monticules mais ses mains étaient liées. Il a poussé son bassin vers le haut pour pénétrer dans cette chaleur mais elle a reculé en souriant. Elle a continué à le taquiner pendant un peu plus longtemps, se frottant sur lui sans le laisser entrer. Elle a frotté son clito sur son érection, lentement, puis a progressivement augmenté sa vitesse et sa pression. Elle s’est frottée jusqu’à ce qu’elle jouisse sur lui. Puis elle s’est assise sur son visage pour se nettoyer.

Et enfin, elle a laissé son érection glisser à l’intérieur de sa chatte humide et chaude en faisant de l’aller-retour lentement. Elle l’a emmené plus profondément en elle et il a gémi de plaisir. Il avait tellement envie d’avoir un orgasme avec son érection enfouie dans ses velours et son trou stimulé par le vibrateur, qu’il était sur le point d’exploser. Et juste à ce moment-là, elle lui a ordonné de le faire. Il s’est exécuté avec plaisir, comme un animal sauvage, en grognant et en gémissant. Son orgasme était si fort qu’elle a joui aussi. La maîtresse s’est à nouveau tournée vers sa femme.